• Quelques photos...n°4

    Quelques photos...n°4

     

         D'abord et pour commencer une autre flèche à Copenhague, celle de l'ancienne bourse, sortie tout droit d'un univers d'Heroïc Fantasy.  

    Quelques photos...n°4

       Nemausus, de Jean Nouvel, expérience de logements sociaux à Nîmes. Petit texte explicatif:

           Alors que les offices HLM commençaient à réduire la surface des logements, Jean Nouvel proposa de prendre le contrepied de la tendance. La volonté militante était de prouver que l’on pouvait fournir pour le même prix de plus grandes surfaces à des personnes aux faibles revenus. Pour atteindre ce but les éléments techniques ont été rationalisés au maximum, des matériaux industriels bruts ont étés utilisés et il y eut une forte réflexion concernant les espaces communs. L’accès aux logements se fait par des coursives extérieures tous les deux niveaux. La configuration en duplex (pour la plupart) traversant des logements permet d’économiser en plancher de circulation, les espaces communs n’ont pas à être chauffés.  

        Les coursives communes et les terrasses privatives ont la même largeur (2.80m) et le même type de garde-corps accueillant un banc filant. Il y a deux formes différentes d’appropriation. Du côté des terrasses privatives (sud-est) les habitants ont installé des parois séparatives hautes en plus des garde-corps d’un mètre d’origine. La largeur des terrasses permet une forte appropriation, et de fait certaines sont largement encombrées de plantations, meubles, barbecues, machines de sport, rebus… L’aspect privatif a été accentué. Du côté des coursives les enfants jouent au foot ou à la course, les gens se croisent et discutent, quelques plantes ou petits meubles ont été installés. On peut parfois se croire dans une rue « normale ».

        L’expérience a trouvé sa limite dans… la gestion des loyers par les offices HLM. En effet ceux-ci sont basés au prorata de la surface des appartements, ils sont donc plus chers de 30 à 50% à Nemausus !  

    Quelques photos...n°4

    Quelques photos...n°4

       Deux photos d'exemples d'appropriations architecturales d'immeuble au Tadjikistan. Les tours et les barres sont en gros les même qu'en France.  Cependant les habitants ont pu, probablement grâce au laissé faire généralisé des autorités, les modifier. Ainsi on remarque que toute les menuiseries sont différentes, que certains balcons ont été muré afin de créer une pièce de plus, que des lignes d'étendages sont tirées n'importe où, que des extensions improbables sont venus se greffer par-ci par-là. Finalement dans ce cette environnement déglingué les façades bariolées résultantes, associées au jardins privatifs du bas des tours, créent une ambiance qui est beaucoup plus humaine que celle de nos cités figés par des instances bureaucratiques interdisant toutes évolutions des bâtiments. 

    Quelques photos...n°4

          Passage du grand Cerf à Paris. Superbe exemple de rue couverte.

    Quelques photos...n°4

         Maison cubes de Spaansekade à Rotterdam, par l'architecte Piet Blom. Une sorte de réinterprétation sympathique ( mais qui fonctionne très mal) de la maison des schtroumpfs.  

    Quelques photos...n°4

        Ou comment on vivra  à Amsterdam quand le niveaux des eaux aura trop augmenté...Waterworld baba-cool.

    Quelques photos...n°4

           Autre type d'appropriation réel de l'habitat: Le squat.

    Quelques photos...n°4

         Et ici le plus bel exemple d'architecture populaire: La maison du peuple à Bucarest.

           Non Je déconne.


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    krasna_Ilonka
    Lundi 4 Juin 2012 à 18:24

    Au Tadjikistan, comme dans toutes les ex républiques soviétiques, je pense que la liberté de murer son balcon a été aquise par la très cahotique et parfois tragique privatisation des apartements au moment de la perestroika. Je me souviens que je voulais faire une page sur l'habitat dans les Khrushevkas (appartements à 2 pièces du temps de Khrushev), qui sont en tous points les mêmes de Minsk à Vladivostok, en passant par Dushanbe.

    Qui a appris à parcher entre la porte de la chambre et la fenêtre d'une khrushevka dans une bourgade en Ukraine, connait la même distance entre les deux en nombre de pas d'enfant, que celui qui a fait de même à Irkoutsk...

    ;)

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :